Les cinq caractéristiques de la nouvelle génération de responsables marketing

Avenir du marketing

By:

Le marketing a changé.  Ses professionnels aussi. Les responsables marketing nouvelle génération ont moins de 40 ans, sont brillants et expérimentés. Ils ont travaillé pour des entreprises de toutes tailles et dirigent aujourd’hui leur propre petite agence.

Leur point commun ? Ils estiment que le marketing ne consiste pas à vendre, mais à aider les audiences.

1. Ils communiquent comme des humains, et pas des entreprises.

La façon dont les responsables marketing communiquent historiquement entre eux, avec les entreprises et même avec les audiences est parfois totalement incompréhensible. Ce genre de comportement crée inévitablement une distance avec le reste du monde, même si ce n’est pas le but de la manœuvre. Les nouveaux responsables marketing s’expriment de manière naturelle. Leurs discours est facile à comprendre et ils évitent de faire appel au jargon professionnel pour maquiller la vacuité d’un concept. Ils font appel à des créatifs qui partagent les mêmes valeurs afin que le contenu soit accessible.

2. Ils savent que la plupart des agences sont lentes, à court d’idées et chères.

Les grandes agences sont très puissantes. Si certaines produisent de l’excellent travail et remportent des prix, nombre d’entre elles raisonnent davantage en termes de chiffres. Elles manquent d’efficacité, ont tendance à dire au client ce qu’il a envie d’entendre et facturent des montants astronomiques.

Les nouveaux responsables marketing procèdent différemment. Leurs équipes sont restreintes et leurs bureaux modestes, si tant est qu’ils aient des bureaux. Le coût de locaux de grand standing n’est donc pas répercuté au client.

Ils travaillent vite et repoussent les limites, tout en étant à l’écoute du client. Et si quelque chose risque de ne pas fonctionner, ils n’hésitent pas à le dire.

3. Ils ne se soucient pas du marketing des performances.

Tout ne dépend pas que des chiffres. La capacité à mesurer (nombre de leads, taux d’ouverture, taux de clic, etc.) n’implique pas nécessairement un résultat positif. Cela veut simplement dire qu’une donnée est mesurable. Au sein de la nouvelle génération, on constate plutôt une tendance au marketing intuitif, qui consiste à diffuser du contenu sur les canaux qui ont prouvé leur capacité à faire réagir le public cible.

Les adeptes de cette mouvance estiment que le marketing ne peut et ne doit pas se résumer à générer des leads pour le service commercial, surtout en ce qui concerne la création et l’utilisation du contenu. Pour eux, le marketing et le contenu visent à aider le public cible.

4. Ils investissent dans les podcasts, LinkedIn et les réseaux sociaux.

Les podcasts n’ont rien de nouveau, pas plus que LinkedIn. Mais votre entreprise propose-t-elle un podcast très écouté ? Génère-t-elle de fructueuses interactions sur LinkedIn ? Ou recueille-t-elle à peine une poignée de commentaires et de J’aime ?

Vu l’ancienneté de ces canaux et formats, on pourrait penser que les marques et les entreprises ont eu le temps de mieux les exploiter en tant qu’outils marketing. C’est pourtant loin d’être le cas. Malgré un nombre d’abonnés souvent considérable, les comptes LinkedIn des grandes entreprises suscitent généralement très peu d’interactions.

Les responsables marketing nouvelle génération savent, quant à eux, que les podcasts sont les nouveaux blogs, même s’ils n’ont en réalité rien de nouveau et que Seth Godin en a pris conscience il y a quelques années. Ils sont très suivis sur LinkedIn et le nombre d’interactions qu’ils génèrent fait des envieux. Ils savent comment créer du contenu qui fait réagir et l’utiliser pour se vendre. Et leurs clients font de même.

5. Ils savent que les audiences n’ont que faire de votre entreprise, de ses récompenses, de ses bureaux et même parfois de ses produits.

Le marketing a un nouvel adage : tout le monde se fiche éperdument de votre entreprise. Ce qui importe, c’est ce que vous pouvez faire pour le client, sur un plan personnel ou professionnel.

Et comme pour une bonne partie des mécanismes du nouveau marketing, on en revient au contenu. Pour valoir la peine, le contenu doit résoudre des problèmes, aider les audiences et éviter toute dimension commerciale. Les nouveaux responsables marketing accordent une priorité absolue à ce type de contenu. Ce n’est qu’après avoir gagné la confiance et suscité l’intérêt du public qu’ils commencent à évoquer le produit, ses avantages et ses caractéristiques.