Content Marketing

Content snacking : comment éviter la contre-productivité ?

By:

Le contenu court à snacker est devenu l’ingrédient indispensable à votre stratégie de contenus… mais uniquement à condition de ne pas en abuser !

2 millions de snap échangés, 473 000 tweets publiés, 3,8 millions de requêtes effectuées sur Google… en seulement une minute ! Les chiffres publiés sur l’internet mondial en 2018 par Domo ont de quoi donner le vertige.

Et dans nos activités marketing, cela produit un effet que l’on nomme le « content shock » : la production de contenus augmente plus vite que la capacité d’attention des internautes… pour ne pas dire qu’elle participe à la faire baisser !

La concentration fond comme neige au soleil… et le constat est d’autant plus vrai chez les jeunes : alors que le temps moyen de concentration longue était de 12 secondes en 2000, il passe à 8 secondes chez les 18-24 ans en 2015 selon une étude Microsoft.

Dans ce contexte d’hyperconnexion, d’infobésité, et de sur-sollicitation en ligne, les contenus à consommer rapidement, ainsi les « snack contents », sont apparus comme la solution miracle pour avoir une chance d’être lus ou vus.

Le snacking content qu’est-ce que c’est ?

Littéralement « contenus à snacker », on peut définir les « snack contents » comme étant :

  • Des contenus très courts : articles de 200-300 mots, citations, définitions, listes, infographies, images sous forme de mème ou de GIF, teasers, vidéos à la BRUT, stories…
  • Des contenus percutants par le titre, le visuel, les interactions…
  • Des contenus récréatifs qui peuvent être consultés durant une pause, un trajet…
  • Des contenus adaptés aux usages mobiles et aux réseaux sociaux

Pourquoi utiliser le snacking content ?

Le snacking content permet de :

  • créer de l’engagement autour de la marque avec plus de likes, de commentaires, de partages, etc.
  • fidéliser une audience dans le cas d’une histoire fragmentée ou une série de contenus
  • introduire des contenus plus riches
  • assurer une régularité dans la publication de contenus sur les réseaux sociaux et maintenir une présence « top of the mind ».

Attention néanmoins à la dispersion, à la tentation de produire pour produire et au manque de consistance !

Comment optimiser sa production de snack contents ?

Pour être efficace ces micro-formats doivent être pensés dans une stratégie éditoriale globale. Vous devrez donc penser à :

  • Définir vos content pillars
  • Identifier vos contenus pérennes et/ ou performants
  • Varier les types de contenus en termes de format, de longueur et de canal de diffusion
  • Planifier la publication, la déclinaison ou la mise à jour de vos contenus sur les différents canaux
  • Utiliser le storytelling
  • Tester et évaluer l’engagement de votre communauté

Cette approche, à la croisée du snacking content et du slow content permet de :

  • Structurer vos contenus et de redonner du sens à vos publications
  • Optimiser les coûts et les temps de production de vos contenus
  • Adresser différentes cibles et réseaux en changeant de formats
  • Faire du maillage thématique pour votre référencement.

Le snacking content en BtoB, c’est possible

Dans un contexte BtoB, la production de snack contents peut être moins naturelle car les habitudes sont tournées vers la production de contenus longs pour asseoir une expertise dans son secteur. Pourtant, le snacking content est tout à fait adapté pour varier le type de contenus ou introduire des contenus plus denses.

Loin d’être en contradiction avec cette démarche, les formats longs peuvent même devenir le socle de votre stratégie de contenus en étant pensés dès le départ pour durer dans le temps et être déclinés sous différents formats.

Prenons le cas d’un livre blanc ; vous pouvez aisément créer à partir de celui-ci une série de courts articles et une infographie qui pourra elle-même être découpée en micro contenus.

Produisez varié et équilibré

La création de nouveaux contenus à un rythme effréné est devenue contre-productive pour votre public en alimentant l’infobésité et surtout cela représente du temps et de l’argent !

Mais le maintien ou l’introduction du snacking content dans votre stratégie de contenus reste indispensable, spécialement pour les réseaux sociaux. Veillez alors à ce que son utilisation reste équilibrée : un bon encas entre des deux repas vaut mieux que du grignotage intempestif !