Content Marketing

5 astuces de SEO pour les vidéos : savoir comment Google les classe pour optimiser leur référencement

By:

En marketing B2B, les vidéos sont devenues incontournables. D’ailleurs, les entreprises qui mettent en place des stratégies spécifiques pour le marketing vidéo génèrent plus de leads, plus de chiffre d’affaires, et sont plus connues que celles qui privilégient d’autres formes de marketing.

 

Facebook, Twitter et YouTube sont des sites de choix pour diffuser vos contenus vidéos, mais les prospects qui surfent sur ces plateformes ne sont pas forcément en mode travail (ou achat).
Ce que nous savons, en revanche, c’est que 90 % des décideurs B2B utilisent des moteurs de recherche avant de se décider. Pour bénéficier du marketing vidéo, vos contenus doivent être optimisés pour les moteurs de recherche. Grâce à quelques bonnes pratiques de SEO, vos vidéos seront plus visibles dans les recherches et génèreront plus de trafic naturel – et de leads qualifiés.

Comment les vidéos sont-elles classées par Google ?

Pour les recherches simples et les recherches de vidéos, Google trie les vidéos d’après les mêmes critères que les contenus écrits, c’est-à-dire la qualité du contenu, le nombre de liens externes, ainsi que les résultats de RankBrain. Lorsque vous hébergez des vidéos sur votre site, la marche à suivre pour optimiser leur référencement est similaire à celle qui s’applique au contenu écrit ou aux images.
Similaire, mais pas identique. Voici les cinq étapes à suivre pour améliorer votre référencement et faire ressortir vos vidéos dans les résultats des moteurs de recherche :

1. Transcription du contenu de votre vidéo

Il y a deux avantages à proposer des vidéos associées à leur transcription : cela répond aux différentes préférences des lecteurs, et leur contenu est plus susceptible d’apparaître dans les recherches générales sur Google.
Il est possible d’optimiser les transcriptions de vidéos de la même manière que tout autre contenu rédactionnel. Même si cette pratique semble aller à l’encontre des règles sur la duplication de contenu, la transcription est un moyen intéressant pour satisfaire aux différents modes d’apprentissage des utilisateurs. Certains sont adeptes des vidéos quand d’autres préfèrent lire. En effet, 85 % des cadres d’entreprises préfèrent lire plutôt que de visionner une vidéo dans un contexte professionnel.

Il y a deux manières de procéder pour transcrire le contenu d’une vidéo :

  1. Transcrire le contenu mot pour mot, comme le fait Moz pour ses vidéos Whiteboard Friday.
  2. Faire ressortir les éléments importants du contenu comme le fait le Content Marketing Institute dans ses podcasts This Old Marketing.

Les transcriptions complètes offrent davantage d’opportunités d’engagement et de référencement là où la mise en valeur des éléments clés est plus adaptée aux vidéos longues. La deuxième technique invite les lecteurs à regarder la vidéo en distillant quelques informations qui suscitent l’intérêt et donnent envie d’en savoir plus. Au fond, ce qui compte, c’est d’appliquer la méthode que votre audience préfère : vous pouvez lui demander son avis dans un sondage ou recourir aux tests A/B pour déterminer quelle approche génère l’engagement que vous recherchez.

2. Optimisation des métadonnées de votre fichier vidéo

Les titres et les descriptions s’affichent dans les recherches classiques mais aussi dans les recherches de vidéos. Même si Google trouvera toujours quelque chose à associer à la vidéo si vous ne fournissez pas d’informations, vous aurez plus de vues et un meilleur référencement si ces métadonnées sont optimisées.

Les titres et les descriptions de vidéos doivent :

  • Donner envie de cliquer.
  • Être appropriés au contenu.
  • Inclure des mots-clés qui reflètent l’intention utilisateur.
  • Ne pas dépasser 55 caractères pour les titres.
  • Ne pas dépasser 155 caractères pour les méta-descriptions.

De plus, Google montre les résultats vidéos sous forme de vignettes. Ces vignettes sont aux vidéos ce que les illustrations sont aux articles de blog : leur choix est décisif. La plupart des logiciels de traitement vidéo utilisent une image au hasard dans la vidéo pour la transformer en vignette, mais vous pouvez créer une vignette personnalisée qui illustre bien votre contenu, capte l’attention de votre public et lui donne envie de s’y intéresser.

3. Intégration de balises sémantiques

Certains utilisateurs de Google se servent de l’onglet de recherche dédié aux vidéos, mais une grande majorité se contente de l’outil de recherche classique. Pour que vos vidéos ressortent mieux dans les résultats de recherche standard, servez-vous de balises sémantiques pour fournir au moteur de recherche les informations dont il a besoin. Grâce à ces indices sémantiques, vos vidéos apparaîtront dans les résultats de recherche standard de la même manière que dans l’onglet dédié aux vidéos : avec une vignette de présentation et la durée.
Il vous faudra au minimum ajouter une balise sémantique pour le titre, la description, la vignette et pour toute incrustation ou URL contenues dans votre vidéo. Vous pourrez aussi préciser la durée de la vidéo, la date de publication ainsi que ses dimensions. Dans une page de guide, Google décrit précisément les règles que les balises sémantiques des vidéos doivent respecter. Il propose également un outil de test des rich snippets, ou données structurées, pour valider vos balises sémantiques.

4. Création de sitemaps pour vidéos

Même si les utilisateurs peuvent découvrir les vidéos contenues sur votre site en surfant sur Google, vous pouvez les rendre plus visibles en créant un sitemap pour vidéos relié à la Search Console de Google. Pour ce faire, créez un sitemap distinct rien que pour votre vidéo ou ajoutez des entrées vidéos à un sitemap existant.
Les entrées d’un sitemap pour vidéos doivent obligatoirement inclure le titre, la description, l’URL renvoyant vers le lecteur, la vignette et l’URL renvoyant au fichier en format raw. Toutes ces informations doivent correspondre au code de votre site web. Certaines informations peuvent être intégrées de manière facultative : la durée, la note de la vidéo, le nombre de fois où elle a été visionnée, la catégorie ou encore le fait qu’elle soit diffusée en direct ou non. Ces informations dans un sitemap pour vidéos sont facultatives, mais fournissent des données supplémentaires à Google pour référencer correctement les fichiers vidéos.

5. Mots-clés qui alimentent les résultats vidéos

Le meilleur moyen de savoir si les utilisateurs privilégient le contenu vidéo pour certaines requêtes est de lancer des recherches avec certains mots-clés ciblés. Si des vidéos apparaissent sur la première page des résultats, cela signifie que les utilisateurs apprécient généralement ce type de format pour la requête en question. Par exemple, une recherche sur Google correspondant à la requête « Tutoriel Twitter » fait apparaître une vidéo YouTube en deuxième position, juste en dessous du centre d’assistance officiel de Twitter.

Privilégiez la création de vidéos pour les mots-clés de recherche générant des résultats dans ce format. Faites en sorte également de proposer un contenu plus qualitatif ou plus complet que les résultats actuels.

Le facteur de notation numéro 1 pour les vidéos

En matière de référencement, les critères sont les mêmes pour les vidéos que pour les textes ; le contenu doit être le plus qualitatif possible. Ne perdez pas votre temps à optimiser des vidéos insipides car, comme pour tout type de contenu, c’est le niveau d’engagement qui prime. Si les internautes zappent votre vidéo au bout de quelques secondes, votre taux d’engagement chutera, et Google risque de la classer parmi les contenus non pertinents ou pas assez qualitatifs pour ce type de recherche.
Le contenu de vos vidéos se doit de satisfaire l’intention des utilisateurs, de leur fournir de la valeur. En d’autres termes, il doit être percutant. On ne vous parle pas de travailler à tout prix avec des acteurs renommés ou de créer des animations à faire pâlir de jalousie les studios Pixar… Mais l’image et le son de vos vidéos doivent au moins être nets ; et les éléments inutiles doivent être coupés au montage.
Une fois que vous avez créé des vidéos de bonne qualité et engageantes, ajoutez-les sur votre site avec une transcription et optimisez leur affichage dans les résultats grâce aux métadonnées, aux balises sémantiques et aux sitemaps. Cette procédure vous permettra de rendre vos vidéos marketing plus visibles et de les faire remonter dans les résultats de recherche.
Vous avez d’autres trucs et astuces pour optimiser le référencement de vos vidéos ? Faites-nous-en part dans les commentaires ci-dessous.