Digital Marketing

Règlement général sur la protection des données (RGPD) : quels bénéfices?

By:

Le règlement général sur la protection des données (aussi appelé RGPD ou GDPR pour “general data protection regulation“) va évoluer. Parue au journal officiel de l’Union européenne, sa nouvelle édition entrera en application le 24 mai 2018. Ses objectifs ? Renforcer les droits des personnes et responsabiliser celles qui traitent les données. Ce qui aura, forcément, des conséquences sur le marketing digital… Et si, au lieu de voir ce nouveau règlement général comme un carcan de plus, nous en faisions le levier de nouvelles opportunités ? Marketo fait le point !

Que dit le nouveau règlement général sur la protection des données ?

Le nouveau règlement général sur la protection des données, qui entrera en vigueur en mai 2018, doit permettre aux particuliers de s’assurer de ne transmettre leurs données personnelles qu’aux acteurs qu’ils auront expressément autorisés. Pour cela, une nouvelle définition du consentement a été proposée.

Ainsi, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) indique que « les utilisateurs doivent être informés de l’usage de leurs données et doivent en principe donner leur accord pour le traitement de leurs données, ou pouvoir s’y opposer. La charge de la preuve du consentement incombe au responsable de traitement. La matérialisation de ce consentement doit être non ambiguë. »

Pour obtenir un consentement « clair », la technique de l’opt-in (pour recevoir des contenus d’une marque, par exemple, le consommateur doit cocher une case, laquelle ne doit pas être pré-cochée) va donc être renforcée. Elle pourra être complétée, pour les données personnelles sensibles, d’un système de double validation et de l’enregistrement de l’information par des cookies. L’objectif ? S’assurer que le consommateur soit au courant des données qu’il accepte de mettre à disposition de la marque et pouvoir le prouver en cas de contrôle.

Des droits inédits pour les consommateurs

Pour « sécuriser » le consentement du consommateur, de nouveau droits vont apparaître dans la réglementation européenne.

  • Le droit à la portabilité des données, qui permet à n’importe qui de récupérer les données fournies pour les transmettre, si besoin, à un tiers. L’idée ? Permettre à un particulier de reprendre possession des informations cédées, et ce, de façon exploitable !
  • Les particuliers pourront mener des actions collectives via des associations contre les professionnels qui ne respectent pas la nouvelle réglementation.
  • Les explications concernant l’exploitation des données destinées aux mineurs de moins de 16 ans doivent être rédigées dans des termes simples et clairs, compréhensibles par les enfants.
  • Les dommages, matériels ou moraux, liés à une exploitation illégale des données pourront faire l’objet d’une réparation financière. De lourdes amendes pouvant atteindre 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires annuel sont ainsi prévues.

De nouveaux outils pour les acteurs économiques

En bref, le nouveau règlement général sur la protection des données vise à responsabiliser les acteurs économiques qui opèrent en Europe, qu’ils se trouvent dans l’Union européenne ou en dehors. En France, de nouveaux outils seront mis à leur disposition :

  • Un registre des traitements des données mises en œuvre, lesquels pourront faire l’objet de certifications ;
  • L’adhésion à des codes de conduite ;
  • La notification de failles de sécurité, tant destinées aux personnes concernées qu’aux autorités…

La promesse d’une meilleure efficacité pour les marques

Le nouveau règlement général sur la protection des données n’est pas uniquement un obstacle en matière de marketing digital. C’est aussi la promesse d’une efficacité retrouvée, basée sur la confiance accordée par le consommateur.

En effet, le texte va fortement inciter les acteurs économiques à « hyper-personnaliser » leurs messages. La fin du piège du « plus on en fait, mieux c’est ?plus, c’est mieux » ? On l’espère, tant certaines entreprises ont pu surcharger leurs prospects, qualifiés ou non, de messages non-sollicités.

Avec le nouveau règlement, les préférences des consommateurs seront respectées, et l’expérience délivrée sera plus fidèle à leurs attentes. L’engagement sera renforcé par des messages plus humains, rendus plus pertinents par la confiance accordée par le consommateur. À condition d’accepter de se remettre en question et de s’interroger sur ses pratiques… sans attendre l’entrée en vigueur du règlement !

Il vous reste un peu moins d’un an pour vous préparer à la mise en application de ce nouveau règlement ! Vous souhaitez en savoir plus concernant son impact sur votre activité de commerçant et sur vos futures stratégies de marketing digital ? Consultez le rapport réalisé par Sirius Decisions (attention, le document n’est disponible – pour le moment – qu’en anglais) !

Source : CNIL, Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016